Colorsource logo

COLORSOURCE

Conseil, audit, formation et solutions logicielles en imagerie numérique, en colorimétrie et en impression couleur.

Le mythe de l'épreuve numérique tramée !

A nouveau de nombreux produits prétendent parvenir au miracle de simuler les couleurs d'une presse offset tout en simulant sa trame offset !

Les merveilleux progrès du jet d'encre à la demande auraient enfin autorisé ce miracle - destiné à prévoir les moirés éventuels sur l'épreuve - alors que les imprimantes à jet d'encre continu - pourtant beaucoup plus précises - n'y sont jamais parvenues !

Ceci est parfaitement illusoire pour les raisons suivantes : Les encres des imprimantes jet d'encre ont des spectres de réflexion donnant des teintes de primaires C, M, J, N en aplats beaucoup plus pures que les primaires C', M', J', N' de l'offset, et ceci afin de pouvoir simuler parfaitement les couleurs de tout imprimé offset grâce à une gamme chromatique plus large. Par exemple, un magenta offset 50 % (M' 50%) sera simulé en teinte apparente (sous éclairage ISO D50) grâce à un mélange approprié des encres CMJN de l'imprimante.

Il est parfaitement évident qu'on ne pourrait à la fois respecter la trame de la presse offset et obtenir les mêmes teintes. Mais allons plus loin ! Imaginons que l'imprimante jet d'encre utilise les mêmes encres et le même papier que la presse offset : cette condition serait nécessaire mais pas suffisante pour obtenir les mêmes teintes tout en ayant les mêmes points de trame, car la partie optique des engraissements de point dépend grandement de la profondeur de pénétration de l'encre dans le papier, et donc de l'ordre et de la méthode d'application des encres.

On se rapprocherait des teintes de la presse mais sans atteindre une bonne précision. En conclusion, les systèmes d'épreuve à jet d'encre, (ou du moins les RIP PostScript), qui prétendent simuler une trame offset, utilisent certes une trame ressemblant davantage à celle de la presse offset qu'une trame jet d'encre aléatoire, mais cette trame reste très différente de celle de la presse offset. Alors bien regarder d'abord : la productivité réelle (exprimée en mètres carrés par heure !), le coût d'investissement et plus encore le coût de fonctionnement (Prix des encres, du papier et de la maintenance).

Se méfier du terme si usé et galvaudé, et déjà obsolète, "d'épreuve tramée" : Ce qui pose problème, une fois de plus dans le domaine de l'épreuvage, est l'utilisation marketing d'un vocabulaire très imprécis et impropre, qui obscurcit la réalité et les véritables enjeux techniques et commerciaux modernes pour les Industries Graphiques. A l'heure d'un flux de production tout numérique, il devient particulièrement inintéressant de se polariser sur des spécifications de détail de l'épreuve, qui en plus ne sont pas tenues : il a toujours appartenu en pratique à la presse de simuler l'épreuve de photogravure approuvée visuellement, que celle-ci soit bonne ou mauvaise, et aujourd'hui les bons outils existent !

Copyright © 2004-2018 Colorsource